mercredi 22 décembre 2010

News Republic : la veille à portée de tous ?

1 commentaire
Je vais aujourd'hui vous parler d'une application sortie en octobre dernier et qui commence réellement à faire parler d'elle. C'est un agrégateur de news un peu particulier puisque personnalisable :
illustration, logo News republic, it's my news, application android

Une appli d'un genre nouveau

On connaît sur Android les applications dédiées à l'actualité et éditées par des sources d'information "classiques" (le Monde.fr, 20 minutes.fr, ...). On connait aussi de jolis widgets et applications Rss qui permettent de suivre une ou des sources particulières (Pulse pour ne citer que le plus esthétiquement réussi). On connait enfin le portail d'information de google et son genie widget affichant diverses sources et personnalisable.
News Republic, c'est tout ça à la fois.

L'application a réussi la gageure de réunir dans une même interface les atouts de ces trois types de programmes :
- L'unité d'interface d'une application classique, avec possibilité de recherche, de partage, de rebond sur les articles.
- La possibilité de suivre un sujet, un thème, de façon immédiate, tel qu'on pourrait le faire à l'aide d'un agrégateur Rss.
- La variété des sources (toute relative pour le moment) 

Pour mieux comprendre de quoi il est question, suivez cette courte et explicative vidéo de proposée par l'éditeur :


La navigation par tag

La personnalisation est au cœur du projet. A travers une interface simple et bien réussie, le mobinaute est invité à se constituer son propre journal. En effet, dans le coin supérieur droit, un bouton rouge donne accès au nuage de tag de chaque article. Un clic sur l'un d'eux permet d'avoir tous les articles en rapport (un appui plus long permet d'en savoir plus sur le sujet via wikipedia, twitter, google etc.).
Pour que ce soit plus parlant, voici un exemple, tiré d'un article de sports.fr. A gauche, les sujets de l'article apparaissent en nuage de tag. Disons que je suis intéressé par "Didier Cuche" : en le sélectionnant, j'ai accès à l'ensemble des articles dans lequel il est mentionné. Si le sujet me passionne, je suis l'actualité en le rajoutant en favoris (le bouton "étoile plus" sur la capture à droite).
sujets d'un article en nuage de tagcapture d'écran news room présentant les articles relatifs à un sujet

Le mobinaute construit ainsi au fil des ses lectures son propre fil d'informations. Là où le bas blesse, à mon avis, c'est qu'il fait son marché dans un espace où tous les producteurs ont été auparavant présélectionnés. Ce qui n'est pas explicitement dit non plus, c'est qu'en plus d'un sourcing défaillant, l'utilisateur se crée, sans le savoir, son propre profil publicitaire.

Une nouvelle personnalisation de l'information

L'application a de très bons retours sur le Market, sa note frise les sommets avec aujourd'hui 4.61/5 ! Et son éditeur, Mobiles Republic, parle de pas moins de 150 000 téléchargements (cumulés sur les différents markets) en 8 semaines.

Autant dire que l'accueil du public est assez hors du commun (pour comparaison Gmaps est notée 4.7, l'app. officielle de Twitter est évaluée à 4.13 et Ringdroid a une note équivalente 4.61). Selon Gilles Raymond, fondateur et dirigeant de la société, c'est parce-que :
" News Republic va tout à fait dans le sens de la tendance actuelle vers une information toujours plus instantanée, plus riche et plus personnalisée. Le mobile est en passe de devenir le premier vecteur d’information devant le web et les usages constatés par visiteur unique sont sept fois supérieurs."

Il semble que la réflexion soit juste.
C'est intéressant de penser que beaucoup d'éditeurs de contenu, ont cherché à créer une application à leur image. Un environnement en local dans lequel le lecteur retrouve la marque de fabrique de son journal ou magazine préféré. Un petit confort personnel dans une vision "apple-isante" du web où chaque entrée possède sa propre application. Le mythe du lecteur captif (si beau soit-il pour la presse en mal de financement) pris entre son matériel et sa couche logicielle semble avoir du plomb dans l'aile.
Voilà, ce que nous dit le succès de cette application.
On revient à une valeur essentielle : ce qui importe n'est pas le contenant mais bien l'information en elle-même. L'application ne devrait être qu'un média dans lequel l'utilisateur transiterait ses données, pour les transformer, les conserver, les enrichir, les partager ou tout simplement en profiter.

Tous acteurs de l'information


Nos smartphones, tablettes, que nous utilisons au travail comme en loisir, deviennent une pièce maitresse de "l'intelligence collective". Comme le voyait Luc Legay dans son article mon réseau social est plus intelligent que Google en janvier 2008, chacun lit, annote, retient et partage l'information qui lui semble intéressante à lui ou à ses pairs. C'est enfoncer des portes ouvertes aujourd'hui que dire que le "web est social".
D'accord, mais pour combien d'entre nous ? Quelle marge reste-t-il encore à combler ? Hors Facebook, "hall de gare" des réseaux, quel pourcentage de la population possède un compte Twitter, delicious, diigo, suis des flux Rss, partage ses favoris ? Comptez parmi votre entourage et vous vous rendrez compte que la marge de progression est encore gigantesque.
image illustration, une femme transperce des journaux
Avant la révolution Web 3.0, celle qu'on annonce être celle des données, il faudra que le Web 2.0 aie finie la sienne. On en est encore très loin, mais je suis persuadé qu'elle ne sera complète qu'avec l'équipement en masse de la population de smartphones et autres tablettes (ou tout au moins en produits nomades permettant d'être connectés en tous points et en tous lieux). Quand notre vie numérique aura autant de sens que notre vie quotidienne, que récolter et partager de l'information à ses réseaux sera aussi banal que d'entrer une recherche dans Google aujourd'hui.
Cette démocratisation n'en est qu'à ses balbutiements et News Republic fait partie de ces outils novateurs qui simplifient les processus de récolte et de partage de données.

Une contrepartie contestable

Quel est le "business model" d'une telle entreprise ? Très simple, Mobiles Republic utilise une technologie, nommée TagNav©, qui scrute l'ensemble des articles pour proposer des mots clefs pertinents. En contre partie de quoi, elle crée également des profils de consommateurs qu'elle peut ensuite vendre aux annonceurs via sa régie publicitaire Horyzon Media.
Les partenaires sont évidemment rémunérés pour leur participation. Actuellement, ils se nomment AFP, Reuters, Le Parisien, Gizmodo, Le Journal du Geek, Actustar, Citizenside... Des discussions sont à l'heure actuelle en cours avec les groupes Amaury, Lagardère etc. pour enrichir les sources.

Seront-ils prêts à jouer le jeu ? Et vous ?



L'image illustrant la partie "Tous acteurs de l'information" est sous licence Creative Commons Attribution Non-Commercial, la photo originale est l'œuvre de Shirin K. A. Winiger et se trouve sous flickr à cette adresse.